Heures d'ouverture, Lundi au Jeudi : 9:00 à 17:00, Vendredi : 9:00 à 15:00
caroledugal@gmail.com 418-932-2205

Bienvenue sur mon blog

27
Oct

Un retrait préventif, oui ou non !

Écrit par Carole Dugal, le 4 Août 2015

Enceinte, je peux continuer à faire des ongles ou pas?

C’est une question qui est sur les lèvres de toutes les techniciennes en pose d’ongles, lesquelles apprennent la bonne nouvelle de leur grossesse.

Des personnes disent que c’est le médecin traitant qui décide. D’autres disent que c’est les dire de la patiente au médecin qui fait fois de tout, tandis que certains mettent tout entre les mains de la CSST. Finalement, qui prend la décision d’un retrait préventif!

Le programme de retrait préventif pour les femmes enceintes est un bon programme, mais malgré tout, il n’est pas aussi facile qu’il n’y parait d’y avoir droit. Pour avoir droit à ce programme, il faudra démontrer que le travail que vous exercez pourrait être nuisible pour votre santé ou celle de l’enfant que vous portez. Entreprendre ces démarches, vous demandera une certaine dose d’énergie et de patience. Surtout si votre cas n’est pas clair aux yeux des responsables du programme. Cela dit, ces démarches sont légitimes et vous avez le droit de les faire!

 

Vous croyez qu’il y a un danger à exercer votre travail.

 Sachez qu’il existe une liste des emplois reconnus comme présentant un danger potentiel pour vous ou votre enfant. Les femmes occupant une poste ou elles doivent porter de lourdes charges ou les femmes travaillant dans un milieu en présence de bactéries ou de virus, à des horaires de travail prolongés, à des chaleurs ambiantes élevées, des vibrations, de solvants, etc. Verra leur dossier accepté presque automatiquement. De plus, les compagnies présentant de telles conditions de travail ont souvent un programme d’aide aux femmes enceintes pour les aider dans leur démarche de retrait préventif. Pour les autres! Vous devrez démontrer que votre demande est fondée et le processus d’évaluation débutera.

 

Pour les salarier. 

Vous devez savoir que la décision d’un retrait préventif ou non est affectée par plusieurs facteurs. Si vous êtes enceinte, vous pouvez cesser de travailler et recevoir des indemnités si votre employeur ne peut pas : éliminer le danger à la source;  adapter votre poste de travail; modifier certaines de vos tâches; vous affecter, immédiatement ou plus tard, à d’autres tâches que vous serez raisonnablement en mesure d’accomplir.

 

Pour les travailleurs autonomes.

Malgré le fait que vous êtes à votre compte, il n’en reste pas moins que votre santé et celle du bébé doit être protégée. Les mêmes règles s’appliquent à vous. Mais ici, il sera de votre responsabilité de vous offrir un lieu de travail sécuritaire et adapter, de modifier vos tâches au besoin et d’éliminer le danger à la source, s’il y a lieu. Et vous n’êtes pas sans savoir qu’aucune indemnité n’est prévue pour votre retrait préventif. À moins que vous ayez prévu personnellement celui-ci en prélevant un montant d’argent sur votre salaire hebdomadaire!

 

La première démarche c’est la visite chez le médecin traitant.

Peu importe que vous soyez salarié ou un travailleur autonome, lors de votre première visite médicale pour votre suivi de grossesse, vous devrez en parler avec votre médecin traitant. Il évaluera votre état de santé générale, vos pathologies et votre milieu de travail. Ensuite, il évaluera et déterminera les actions à prendre pour votre santé et celle de l’enfant durant votre grossesse. Pour les salarier. Si votre médecin traitant juge qu’en effet un retrait préventif est justifié, il vous remettra le Certificat visant le retrait préventif ou l’affectation à un autre poste pour la travailleuse enceinte. Pour que ce certificat soit valide, votre médecin doit consulter le médecin responsable de l’entreprise où vous travaillez ou à défaut, un médecin de la direction de la santé publique où est situé l’établissement. Ce dernier évaluera et établira la validité des informations que vous aurez fournies à votre médecin traitant, à savoir si votre lieu de travail représente un réel danger pour vous et l’enfant!

Vous êtes travailleur autonome, il n’en revint qu’à vous d’entreprendre les actions nécessaires pour votre sécurité et santé au travail. À la suite des recommandations de votre médecin traitant.

 

Mais… souvenez-vous que chaque cas est unique et différent. Donc, ce qui s’applique à vous ne s’applique pas nécessairement aux autres techniciennes enceintes, que vous soyez un salarié ou un travailleur autonome.

 

Après la visite chez le médecin, c’est la réaffectation ou le retrait préventif.

Lorsque les deux médecins sont d’accord, vous aurez en main toutes les preuves nécessaires pour avertir votre employeur des risques réels que représente votre travail sur votre grossesse. L’employeur aura donc la responsabilité d’éliminer le danger, de modifier vos tâches, d’adapter votre poste de travail ou de vous affecter à une autre tâche.

Vous aurez droit au retrait préventif, si seulement toutes ces tentatives ont été vaines.

 

Celles qui n’ont pas droit au retrait préventif.

  • Les travailleuses autonomes dont l’entreprise n’est pas incorporée;
  • Les domestiques travaillant chez un particulier;
  • Les étudiantes en stage;
  • Les bénévoles;
  • Les travailleuses qui éprouvent des problèmes de santé non reliée au travail;
  • Les femmes travaillant à l’extérieur du Québec.
  • Les femmes qui travaillent pour une entreprise fédérale, c’est-à-dire les femmes employées par le gouvernement fédéral et ses ministères;
  • Certains organismes qui relèvent directement d’un ministère : les banques, Bell Canada, le Canadien National et Pacifique, Radio-Canada, la Société canadienne des postes, Air Canada, la Société du Crédit Agricole, la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) et la Banque de développement du Canada (BDC). Elles sont plutôt assujetties au Code canadien du travail.

 

Mettre les choses en place

 

La CSST fait quoi?

La CSST gère les règlements de sécurités et santé au travail, lors d’une plainte ou d’une demande du médecin de la santé publique. La CSST envoie des inspecteurs pour s’assurer que les employeurs respectent les normes préétablies par le système. Ils ne peuvent dire si une travailleuse enceinte doit avoir un retrait préventif ou non. Cependant, ils peuvent évaluer les lieux du travail pour dire s’ils sont sécuritaires ou non. À la suite de cette évaluation, la CSST donnera les recommandations à l’employeur afin qu’il puisse adapter les lieux de travail au besoin pour les rendre sécuritaires.

 Et Santé Canada ! 

Pour ce qui est de Santé Canada, ils ne peuvent rien faire dans le cas qui nous intéresse. Cependant, ils peuvent nous fournir des fiches signalétiques de divers produits ainsi que la liste critique des ingrédients des cosmétiques : ingrédients interdits et d’usage restreints.

L’IRSST c’est quoi? 

L’IRSST est l’Institut de recherche de santé-sécurité au travail. Ce sont eux qui font les recherches sur les produits toxicologie, rien d’autre!

 

Enfin et pour nous les techniciennes en pose d’ongles?

Obtenir un retrait préventif ou non pour une technicienne en pose d’ongles salariée de son milieu de travail relever de l’état de santé de la technicienne de l’environnement de travail et des risques pour elle et le bébé. Les cas de retrait préventif pour une technicienne en pose d’ongles exerçant son métier dans les règles de l’art est plus que rares.

Alors si vous désirez obtenir un retrait préventif vous devrez vous armer de patience et d’un réel pouvoir de persuasion, vous en aurez besoin. Si vous prenez cette voie, vous aurez à prévoir un grand stress, mais parfois, ça vaut la peine de se battre.

 

CSST- Retrait préventif pour travailleurs et travailleurs autonomes

Santé Canada – Liste critique

Programme pour une maternité sans danger

Calendrier de grossesse