Heures d'ouverture, Lundi au Jeudi : 9:00 à 17:00, Vendredi : 9:00 à 15:00
caroledugal@gmail.com
418-932-2205

Bienvenue sur mon blog

03
Oct

La mémoire est une faculté qui oublie!

Acétone versus le Dilue-Tout (Dissout-Tout)

Écrit par Carole Dugal, le 3 octobre 2018

Saviez-vous que le fait de faire chauffer l’acétone a débuté lorsque le Dilue-Tout a été retiré des tablettes des distributeurs par un communiquer de Santé Canada, il y a un peu plus de 10 ans.

À cette époque l’acétone était peu utilisée pour dissoudre les faux ongles, au moins ici au Québec, car c’était long et nous avions une alternative. Nous utilisions plus tôt un produit appelé Dilue-Tout qui était de couleur bleue avec une odeur sucrée. IL faut dire que rien ne résistait au Dilue-Tout. En moins de 10 minutes de trempage, le Dilue-Tout retirait tous les produits de modelage sur les ongles. Wow, c’était génial!

Lorsque ce produit a été retiré des tablettes, l’industrie de l’ongle au Québec s’est tournée vers l’acétone malgré un temps de dissolution lent comparativement au Dilue-Tout, pas vraiment le choix, c’était la seule option qui était disponible. Il faut être honnête, c’était aussi ce qui était utilisé dans le marché mondial pour ramollir l’acrylique, alors pourquoi ne pas l’utilisé!

IL faut dire que des personnes on tente d’imiter le VRAI Dilue-Tout. Pour cela, ils ont ajouté à l’acétone du colorant, des fragrances, des huiles, du MEC (méthyle éthyle cétone), de l’éthyle acétate et plein de trucs pour nous faire croire à une nouvelle formulation du Dilue-Tout (dissout-tout) !

Une nouvelle formulation, ben voyons !!! Le Dilue-Tout était en fait de l’acétonitrile et non de l’acétone. Un solvant plus efficace et performant que l’acétone, ici je parle bien sûr pour les faux ongles, car pour le reste je ne le sais pas et je n’ai pas fait de rechercher sur le sujet!

Donc, à partir d’ici certaines personnes bien pensantes on dit : faites chauffer quelques secondes l’acétone et le tour est joué, ça va aussi vite qu’avant. » HUMMMM !!!

Malgré, les risques élevés que ce produit s’enflamme plusieurs techniciennes ont adhéré à cette pratique, car en réalité les risques de faire chauffe l’acétone ne leur était pas divulguée. Et franchement, qui se souciant de c’est risque tant que la solution était efficace. Ce que je viens d’écrire n’est pas vraiment intelligent, mais bon, c’était quand même un peu ça! Ici, je n’embarque pas tout le monde dans le même panier, car depuis le début nous sommes un petit groupe à avoir levé le drapeau rouge à ce sujet. Mais malgré tous les efforts déployés, plusieurs ont préféré fermer les yeux.

Ce qui nous amène à aujourd’hui avec un problème réel que plusieurs techniciennes ne veulent pas croire, car on ne leur a jamais dit les risques de cette pratique et aujourd’hui certaine personne en paye le prix.

En plus, de ne pas vouloir croire. Ils ont la pensée magique que ces choses-là n’arrivent qu’aux autres. Mais, je crois que vous avez oublié que vous êtes l’autre de quelqu’un d’autre. Donc ça peut vous arriver à vous aussi!

Et pourquoi sommes-nous rendus là?  C’est que l’industrie québécoise n’a pas véhiculé cette information de la plus haute importance dès le début, qui était : « On ne fait pas chauffer l’acétone de quelques manières qui soit, c’est un produit hautement inflammable, dangereux et c’est risqué. Donc, il doit être utilisé à la température ambiante c’est tout! » Si cela avait été fait dès le début, il n’y aurait probablement pas eu ces accidents de brûlure grave dont nous avons été nous témoins (de l’histoire) dernièrement.

Mais bon, ce n’est pas ce qui est arrivé et cela ne sert à rien de blâmer, le passer. Il faut regarder vers l’avenir et maintenant prendre conscience qu’on ne fait pas chauffer ce produit et surtout pas avec un appareil électrique et de flamme à proximité, car les vapeurs sont tout aussi inflammables que le liquide lui-même.

Si vous cherchez une façon de tempérer l’acétone pour qu’elle soit plus confortable pour vos clientes lors de la dissolution des faux ongles. Vous pouvez utiles un bol d’eau chaude du ROBINET et y placer votre pot d’acétone fermé pendant quelques minutes (2 ou 3 min) question de tempérer le produit. Ensuite, retirer le pot de l’eau et retirer le couvercle et faire dissoudre. De tempérer ainsi l’acétone, évitera que le produit monte trop haut en température, ce qui limitera l’évaporation et les autres problèmes relier à une acétone trop chaude. Il ne faut pas devenir anxieuses quand on parle d’acétone, mais garder toujours en tête que c’est un produit dangereux et que nous devons l’utiliser avec précaution et comme il se doit.

Avant de terminer…

Je sais que quelques personnes vont chercher à mettre la main sur le produit miracle que j’ai mentionnée plus haut dans ce texte. Mais avant toute chose demandez-vous; pourquoi Santé Canada a interdit l’utilisation du Dilue-Tout (dissout-tout) de l’époque? Cela se pourrait-il, que ce solvant est beaucoup plus dommageable pour la santé de l’homme ?

Alors, regardons de plus près pour celles qui voudraient…

Mais c’est quoi au juste acétonurie ?

L’acétonitrile, ou cyanure de méthyle est un composé chimique de formule CH3CN. Ce liquide incolore, d’odeur sucrée, est le nitrile organique le plus simple, et très souvent utilisé en tant que solvant.

Pourquoi Santé Canada à fait retirer des tablettes ce produit ?

Il est nocif et inflammable. Il peut pénétrer par voie orale, cutanée ou par inhalation. Il est métabolisé en acide cyanhydrique ou cyanure d’hydrogène.

L’acétonitrile n’est pas ou peu toxique par lui-même ; sa toxicité est liée à la production de cyanure d’hydrogène, ce qui explique le délai d’apparition des signes cliniques. Le cyanure d’hydrogène est un poison de la respiration cellulaire provoquant des convulsions et l’arrêt respiratoire.

Sachez qu’il y a plein d’autres problèmes reliés à la santé chez l’homme avec ce produit. Je vous partage la partie du document de l’INRS Santé et sécurité au travail sur la toxicité sur l’homme relier à ce produit et vous retrouverez le lien vers le document complet en dessous, si cela vous intéresse! Je me suis également permis de placer celui de l’acétone si vous désirez en faire la comparaison.

Toxicité sur l’Homme

Des atteintes du système respiratoire (détresse respiratoire, séquelles de type pneumonie), des convulsions, une cyanose, un coma parfois mortel, surviennent dans les cas d’intoxication aiguë. Des irritations cutanées et des atteintes du système nerveux central, caractéristiques des solvants organiques, sont observées avec l’acétonitrile lors d’expositions répétées.

Toxicité aiguë [1, 6, 9, 10]

Des volontaires ont été exposés pendant 4 heures à des concentrations de 40 ou 80 ppm d’acétonitrile. Un des sujets sur les 3 exposés à 40 ppm a ressenti quelques heures après la fin de l’exposition une douleur thoracique et, le lendemain, une sensation d’irritation pulmonaire ; il n’a pas été détecté de cyanure sérique chez ces 3 sujets, mais l’un d’entre eux a présenté une faible excrétion urinaire de thiocyanates.

Un sujet exposé pendant 4 heures à 160 ppm a présenté, 2 heures après la fin de l’exposition, une rougeur de la face et, 5 heures après, une légère douleur thoracique sans qu’aient été détectés chez lui des cyanures sériques ou des thiocyanates urinaires.

L’exposition accidentelle brève à une concentration de 500 ppm provoque une irritation du nez et de la gorge.

Des intoxications aiguës graves, dont certaines mortelles [11, 12], sont rapportées lors d’expositions à des concentrations vraisemblablement fortes, mais non chiffrées. Les signes d’intoxication apparaissent plusieurs heures après la fin de l’exposition : douleurs thoraciques et détresse respiratoire, vomissements, hématémèse, troubles moteurs (convulsions, incoordination musculaire), hypotension, cyanose, dépression respiratoire et coma. Chez les sujets décédés, l’autopsie révèle une congestion vasculaire généralisée. Des séquelles respiratoires à type de pneumonie sont fréquemment observées dans les cas graves non mortels.

Les ions « cyanure » formés dans l’organisme à partir de l’acétonitrile interviennent vraisemblablement pour une grande part dans les effets toxiques observés. Par ailleurs, en cas d’intoxications graves, des taux sériques de thiocyanates supérieurs à 120 mg/litre ont été retrouvés [13].

Localement, le liquide peut provoquer des irritations cutanées et oculaires sévères.

Toxicité chronique [1]

L’acétonitrile est responsable, comme la plupart des solvants organiques, d’atteintes cutanées à type de dermoépidermite irritative récidivante, avec dessication de la peau, et d’atteintes neurologiques se manifestant par une ébriété, des sensations de vertiges voire des signes de syndrome narcotique.

Par contre, il n’existe pas d’étude publiée en ce qui concerne d’autres atteintes éventuelles chez l’homme en cas d’exposition à long terme.

Effets cancérogènes

Il n’y a pas d’étude publiée permettant de montrer un effet cancérogène de l’acétonitrile chez l’homme.

Effets sur la reproduction

Au cours d’une vaste enquête épidémiologique sur des femmes travaillant en laboratoire, les Finlandais n’ont pas mis en évidence d’effet statistiquement significatif sur le nombre de fausses couches des femmes exposées à l’acétonitrile. Cette même étude n’a pas révélé de malformations chez les enfants. Toutefois le nombre de sujets exposés à l’acétonitrile dans cette étude était faible et ne permet pas de conclure de façon définitive [14].

http://www.inrs.fr/publications/bdd/fichetox/fiche.html?refINRS=FICHETOX_104

http://www.inrs.fr/publications/bdd/doc/solvant.html?refINRS=SOLVANT_67-64-1